Liseré, étoiles et patches

Contrairement à l’Italie, le champion de France ne porte pas d’écusson aux couleurs nationales pour marquer son titre (sauf cas exceptionnel), mais contrairement à quasiment tous les autres championnats, il a eu un signe bien distinctif pendant plusieurs décennies. En effet, entre les années 1960 et 1990, plusieurs clubs détenteurs du titre ont joué l’année suivant leur succès avec un liseré aux couleurs nationales au niveau du col voire des manches.

C’est le cas notamment de Saint-Etienne (pour la première fois en 1967), Nantes (en 1974) ou encore Marseille. Mais cette habitude s’est perdue et les Marseillais semblent être les derniers à l’avoir utilisé lors de la saison 1993-94.

On notera également que lors de la dernière journée du championnat 1994-95, alors qu’ils étaient déjà sacrés champions de France, les Nantais ont joué avec un écusson tricolore sur le coeur, reprenant à leur compte la tradition du scudetto italien. Mais cette initiative reste à ce jour unique dans l’histoire du championnat français.

UN PATCH POUR LE CHAMPION

Depuis la fin des années 1990, des patches sont progressivement apparus sur la tenue des footballeurs pour mettre en valeur la compétition dans laquelle ils jouent. La Ligue, organisatrice du championnat, en a un créé un pour sa compétition phare. Et le champion en titre en porte un spécial. D’abord simplement doré, il s’est depuis différencié par sa forme. En 2008, il est spécialement à l’image de l’Hexagoal. Depuis 2010, il porte le nom du club champion. A partir de 2013, et le début du règne du Paris Saint-Germain, il est complété par des étoiles, à raison d’une par titre.

Images venant du site switchimageproject

UNE ETOILE POUR LE DECUPLE CHAMPION

Saint-Etienne, seul club français couronné 10 fois, porte une étoile au dessus de son écusson depuis 1993, même si son dixième titre avait été remporté 12 ans plus tôt. Et cette étoile s’inscrit dans la lignée du liseré tricolore, puisqu’elle est blanche et entourée de fins fils tricolores. Les Stéphanois ne sont pas pour autant les seuls à jouer avec une étoile en France.

L’écusson du FC Nantes, entre 1987 et 2019, comportait autant d’étoiles que de titres remportés par les jaune et vert. Soit 6 jusqu’en 1995 puis 7 entre 1995 et 2001 et enfin 8 jusqu’à la dernière refonte de son emblème où ces étoiles, parfois sujettes à polémique, ont été supprimées. Le Racing Club de Strasbourg a aussi utilisé entre 1997 et 2006 trois étoiles dans son emblème, symbolisant les trois compétitions que le club avait gagné, même si les Alsaciens avaient récidivé pour certains d’entre elles (champions en 1979, vainqueurs de coupe de France en 1951, 1966 puis 2001 et de la coupe de la Ligue en 1997 puis 2005). Enfin, depuis 1993, l’Olympique de Marseille symbolise sa victoire en Ligue des Champions par le port d’une étoile couleur or, placée au dessus de l’emblème ou à l’intérieur (uniquement pour la saison 1998-99).

2 commentaires sur “Liseré, étoiles et patches

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s