Les trophées d’Ibracadabra le magicien

ARMOIRE A TROPHEES D’IBRAHIMOVIC

A plus de 39 ans, le géant suédois continue d’impressionner et d’empiler les buts. S’il n’a jamais pu remporter la Ligue des Champions, Zlatan s’est quand même constitué un palmarès plus qu’impressionnant, remportant notamment 11 titres de champion dans 4 pays différents.

C’est à Malmö qu’Ibrahimovic débute sa carrière en 1999. Son talent éveille vite l’intérêt des grands clubs européens. En dépit d’une cour assidue de Wenger et d’Arsenal, il choisit l’Ajax d’Amsterdam en 2001 où il remporte ses premiers succès (champion en 2002 et 2004, coupe et super coupe des Pays en 2002). Il part ensuite en Italie, à la Juventus (entre 2004 et 2006) puis à l’Inter de Milan (de 2006 à 2009) où il est sacré champion tous les ans, même si les deux titres remportés avec la Vieille Dame seront annulés à la suite du scandale du calciopoli. Ce premier passage en Italie lui permet aussi de remporter la super coupe à deux reprises (2006 et 2008).

En 2009, il débarque au FC Barcelone, tout frais champion d’Europe. Il participe tout de suite à la conquête de la super coupe d’Espagne (qu’il remportera aussi l’année suivante) et de la super coupe d’Europe, auxquelles viendront s’ajouter une coupe du monde des clubs en fin d’année. En dépit du titre de champion remporté en 2010, Ibrahimovic quitte le club catalan à cause de différents avec l’entraîneur Pep Guardiola.

Il retourne en Italie, au Milan AC cette fois-ci, où il remporte un nouveau scudetto dès sa première saison, ainsi que la super coupe d’Italie. En 2012, il n’est que vice-champion d’Italie. Cela met terme à une série de 8 titres de champion de rang (si on ne tient pas compte des deux titres perdus suite au scandale du calciopoli en 2005 et 2006) : Champion avec l’Ajax en 2004, la Juve en 2005 et 2006, l’Inter de 2007 à 2009, le FC Barcelone en 2010 et le Milan en 2011.

En 2012, il signe au Paris SG et devient la tête d’affiche du projet qatari. S’il remporte tous les titres possibles sur la scène nationale jusqu’en 2016 (champion à quatre reprises, vainqueur deux coupes de France et de trois coupes de la Ligue et Trophées des champions), il ne parvient pas à emmener le Paris SG au sommet de l’Europe. Il lui faudra partir à Manchester pour enfin décrocher une coupe d’Europe (Europa Ligue en 2017, même si victime d’une rupture des ligaments croisés en avril, il ne joue pas la finale), non sans avoir remporté au préalable le Community Shield et la coupe de la Ligue.

Son contrat avec le club mancunien n’ayant pas été renouvelé, une fois rétabli, il s’engage en avril 2018 avec les Los Angeles Galaxy en MLS. Il n’y remporte aucun titre, mais début 2020, il signe son retour en Europe, au Milan pour un contrat de six mois. Si de nombreux observateurs pensaient qu’il n’aurait plus le niveau pur évoluer en Europe, le géant suédois leur prouve le contraire. Ses 10 buts lui permettent de signer pour une année supplémentaire, avec succès pour l’instant puisque le Milan est en tête de la Série A, bien aidé par les huit buts (en cinq matches) de son attaquant.

Si son souhait premier était de porter les couleurs de la Bosnie-Herzégovine (son père est bosniaque, sa mère croate mais il a aussi la nationalité suédoise puisqu’il est né à Malmö), ce sont les couleurs de la Suède qu’il va défendre à partir de 2001. Sa carrière s’étalera sur 15 années (retraite internationale à l’issue de l’Euro 2016) et le verra participer à 6 phases finales (Coupes du monde 2002 et 2006, Euros 2004, 2008, 2012 et 2016). Ses meilleures performances resteront le quart de finale de l’Euro en 2004 et le huitième de finale la coupe du monde 2006. Mais avec 62 réalisations en 116 capes, il est le meilleur buteur de l’histoire de la Suède. Son but marqué face à l’Italie en 2004 et celui face à la France en 2012 ont été élus plus beau but de l’Euro 2004 et 2012. Mais sa réalisation la plus extraordinaire est sans doute le retourné marqué de plus de 30 mètres face à l’Angleterre en 2012, match au cours duquel il réalise un quadruplé.

C’est un redoutable buteur, au physique impressionnant (494 buts en 817 matches joués en club). Il a été sacré meilleur buteur de la série A en 2009 (25 buts) et 2012 (28 buts) et la Ligue 1 en 2013 (30 buts), 2014 (26 buts) et 2016 (38 buts).

Le Roi des punchlines

Joueur à l’égo surdimensionné, Ibrahimovic a un sens de la répartie bien senti. En arrivant au Paris Saint-Germain, il déclare « Je ne connais pas bien la Ligue 1. Mais la Ligue 1 sait qui je suis… ». Il a aussi dit « Je n’ai pas besoin d’un ballon d’or pour savoir que je suis le meilleur » ou précisé avec satisfaction « J’ai placé la Suède sur la carte du football mondial. Je l’ai fait aussi pour la France. J’en suis ravi ». En toute modestie, il a précisé lors de son passage en MLS « Chacun d’entre vous devrait en profiter tant que je suis encore là ». Enfin, il a coutume de conclure ses passages dans ses différents clubs par un « Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu », avec la satisfaction du devoir bien accompli…

Sa meilleure punchline est liée à la crise sanitaire actuelle. Lorsqu’il est déclaré positif au Covid-19, il poste sur ses réseaux sociaux : « Le covid a eu le courage de me défier. Mauvaise idée ». Quelques jours après sa guérison, il incite la population à respecter les gestes barrières dans son style si particulier: « Le virus m’a défié et j’ai gagné. Mais toi, tu n’es pas Zlatan. Respecte les règles de distanciation et le port du masque. Ensemble, nous vaincrons »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s