Les étoiles des champions du monde

21 coupes du mondes jouées pour 23 étoiles portées fièrement sur les maillots des nations championnes du monde. Si la première épreuve s’est déroulée en 1930, il a fallu attendre 1968 pour voir ces fameuses étoiles apparaitre pour la première fois. Portées uniquement par les nations triplement couronnées au début, ce n’est qu’au changement de millénaire que cette tradition s’est généralisée à tous les vainqueurs de l’épreuve reine.

C’est en 1968, lors d’une tournée en Europe, que les Brésiliens portent pour la première fois des étoiles symbolisant leurs deux titres de champion du monde. Mais cette pratique ne durera que le temps du voyage, puisque par la suite les Auriverde continueront à jouer avec leur écusson classique et sans étoile. Ce n’est en 1971 qu’ils joueront pour la première fois avec trois étoiles. Il s’agissait d’un match face à la Yougoslavie qui marquait aussi les adieux de Pelé avec la Seleçao.

Les Italiens adopteront le même principe quelques mois après avoir remporté leur troisième titre mondial (décembre 1982, face à la Roumanie). Quant aux Allemands, c’est lors de l’Euro 1996, six ans après leur troisième succès, qu’ils porteront des étoiles pour la première fois. L’Uruguay a adopté déce principe en 1992, mais en s’attribuant quatre étoiles d’office : deux pour ses titres mondiaux de 1930 et 1950, deux pour ses victoires olympiques de 1924 et 1928. Entretemps, les Brésiliens avaient ajouté une quatrième étoile au dessus de leur emblème pour leur triomphe de 1994.

C’est la France qui va généraliser cette tradition en 1998. A peine la coupe du monde remise, les joueurs fêtent leur succès sur le terrain vêtus de tee-shirts célébrant leur victoire et sur lesquels le coq est surmonté d’une étoile. Dès septembre 1998, les Bleus rejoignent le club fermé des nations portant ce symbole. L’Angleterre (un titre) et l’Argentine (deux victoires) suivront le mouvement dans les années qui suivent, à partir de 2005 pour nos voisins d’outre-Manche, en 2006 pour les sud-Américains.

Les Espagnols, sacrés en 2010, recevront le trophée après avoir revêtu un maillot portant une étoile. Les Allemands (2014) et Français (2018), paraderont sur les pelouses du Maracana et du Loujniki également avec des maillots nouvellement étoilés, mais seulement après avoir reçu leur trophée.

Histoires d’étoiles

  • Lorsque l’Allemagne porte des étoiles pour la première fois en 1996, elles sont aux couleurs nationales. Les trois victoires allemandes se déclinent en noir (1954), jaune (1974) et rouge (1990) au dessus de l’écusson représentant un aigle. Ces couleurs seront également utilisées en 2002. En 2010, les années des titres étaient inscrites sur chacune des étoiles dorées sur cette périodes. Les Allemands, et leur équipementier Adidas, doivent être friands de ce genre de détails, puisque en 2008, les années des titres étaient brodées sur l’intérieur du col des maillots, en jaune pour les titres mondiaux, en rouge pour les titres européens
  • L’Italie présente deux particularités. Tout d’abord, les Italiens intègrent souvent les étoiles à l’intérieur même de leur emblème, alors que les autres champions du monde les placent au dessus de leur emblème. Ensuite, en 2002, les étoiles étaient positionnées sur la manche gauche de leur maillot, totalement décorrélées de leur emblème.
  • Les Anglais ont longtemps été réticents à l’idée d’utiliser une étoile pour symboliser leur titre de 1966. Le porte parole de la fédération anglaise David Barber, expliquant même au début des années 2000, que les Trois Lions (écusson de l’Angleterre) était un emblème historiquement reconnaissable et ne voyait aucune raison de faire l’imbécile en l’embellissant. Il faudra attendre quelques années et une campagne menée par soccer-AM auprès des supporters anglais pour faire changer les choses.
  • L’Uruguay joue depuis 1992 avec quatre étoiles, deux d’entre elles représentant les titres olympiques de 1924 et 1928. Mais depuis l’été 2021, un combat est engagé avec la FIFA qui veut faire retirer ces deux étoiles du maillot de la Celeste. Les Uruguayens n’ont pour l’instant pas cédé.

Des étoiles continentales

En Asie et en Afrique, certains des vainqueurs de leur compétition continentale jouent ces épreuves avec des maillots étoilés. Ainsi, en Afrique, l’Egypte porte sept étoiles pour ses victoires en CAN. Le Cameroun en a cinq, l’Algérie, le Congo et la Côte d’Ivoire deux, le Maroc, la Tunisie et l’Afrique du Sud une. En Asie, l’Irak et le Qatar jouent avec une étoile pour symboliser leur succès en 2007 pour les Irakiens, en 2019 pour la Qataris. En Europe, seul le Danemark s’est essayé occasionnellement à porter une étoile argentée lors des phases finales de l’Euro.

La stat qui ne sert à rien

La France a joué 878 matches (au 10 octobre 2021). Les 570 premiers se sont fait sans étoile. La France a joué 269 rencontres avec une étoile au dessus de son emblème (entre Islande France 5 septembre 1998 match 571) et le 15 juillet 2018 et sa finale victorieuse face à la Croatie(match 839)). Depuis, les Bleus ont disputé 39 parties avec un maillot doublement étoilé. Au cumul, la France a porté 347 étoiles (269 matches avec une étoile et 39 avec deux étoiles, soit 78 étoiles au total), soit une moyenne de 0,39 étoile par match. Il faudra attendre le 1409e match de la sélection pour arriver à une moyenne de une étoile par match, sauf si bien-sûr la France remporte à nouveau la coupe du monde.

SOURCES

Un commentaire sur “Les étoiles des champions du monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s